Skip to content

Généralités sur les infections intestinales

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Des infections toujours meurtrières

Certaines infections intestinales comme le choléra ou la dysenterie, connues depuis l’antiquité, font peur à juste titre. En effet, les diarrhées qu’elles occasionnent ont décimé les populations particulièrement en période de guerre, de famine et de catastrophes naturelles. Toutes les diarrhées ne sont heureusement pas aussi dangereuses. Ainsi la plupart sont bénignes mais restent potentiellement graves chez les sujets fragilisés notamment les nourrissons et les sujets âgés.

Chaque année, il y a environ deux milliards de cas de diarrhées dans le monde. Elles résultent la plupart du temps d’ingestion d’eaux ou d’aliments contaminés. La mortalité concerne majoritairement les enfants. En effet ils sont mal immunisés et beaucoup plus sensibles à la déshydratation sévère consécutive aux diarrhées.

Les mesures d’hygiène pour lutter contre le péril fécal

Les pays développés ont été capables de réduire très fortement l’incidence des maladies d’origine fécale par des mesures d’hygiène. Ces mesures d’hygiène sont par exemple le lavage des mains, l’installation de toilettes et de lavabos, l’utilisation du papier hygiénique, la mise en place de réseaux d’eau potable, le traitement des eaux usées, l’amélioration de l’hygiène alimentaire, la non utilisation des engrais humains en Agriculture…

Or certaines de ces mesures ont un coût souvent prohibitif pour des pays en développement. En effet, près d’un milliard de personnes sur Terre n’ont pas accès à un point d’eau potable, une pompe ou un puits protégé. De plus certains traditions culturelles comme le dépôt des matières fécales par terre et non dans une latrine favorisent les infections liées au péril fécal. Elle restent des infections très fréquentes en Afrique notamment.

Situation en France

En France, les diarrhées aiguës sont le plus souvent des Toxi-infections Alimentaires Collectives (TIAC). Elles font l’objet d’une surveillance par le Réseau Sentinelle (médecins généralistes volontaires) et leur déclaration est obligatoire. Les TIAC sont généralement consécutives aux évènements suivants seuls ou associés : erreurs dans la préparation des aliments, délai excessif entre leur préparation et leur consommation, non-respect des températures (chaînes du chaud ou du froid).

Secondary Sidebar