Skip to content

Infection urinaire cas 1

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

ECBU

Contexte

Patiente 20 ans – non hospitalisée – pas de facteurs de risque connus – brûlures et douleurs à la miction – absence de fièvre et de douleurs lombaires.

Le médecin réalise un dépistage d’infection urinaire avec une bandelette réactive.

Résultats le premier jour d'analyse de l'urine
Aspect de l’urine Trouble
Bandelette urinaire
Nitrites + Leucocytes +
Contexte

La patiente est traitée avec succès avec la fosfomycine.

Suite à ce 1er épisode, la patiente consulte la même année son médecin pour un autre épisode de troubles mictionnels (brûlures et douleurs à la miction), sans fièvre. Le médecin prescrit cette fois un ECBU.

Résultats de l'ECBU
EF objectif X40 sur dispositif à dénombrement 105 leucocytes /mL – Absence d’hématie, de cylindre, de cristaux – Assez nombreuses cellules de transition
Gram objectif X100 Rares petits bacilles à Gram négatif
Uriselect4 uriselect 4 Proteus mirabilis infection urinaire
Tests pratiqués Indole –

Questions

Pour faire apparaitre la réponse, cliquez sur la question !

 

1. En fonction du contexte clinique et des résultats de la bandelette urinaire, proposer un diagnostic. Préciser s’il est utile de poursuivre l’analyse par un ECBU.

Les signes cliniques et le contexte clinique de la patiente (pas de facteurs de risque) orientent vers une cystite simple. La bandelette urinaire confirme une infection urinaire due à un germe nitrate réductase + (probablement une Entérobactérie car ce sont les germes les plus fréquents dans le cadre d’une infection communautaire, S. saprophyticus est écarté car ce germe est nitrate réductase -).

La réalisation d’un ECBU n’est pas indispensable. La fosfomycine est un antibiotique à large spectre efficace contre la majorité des uropathogènes à Gram positif ou négatif avec une absence de résistance croisée avec les autres antibiotiques. Par contre cet antibiotique est inactif sur Staphylococcus saprophyticus.

Liens utiles
Bandelette urinaire
Infection urinaire simple ou compliquée

 

 

2. Déterminer la concentration en germes de cette urine.

Il faut comparer la densité de la culture sur la partie haute de la gélose à celles des étalons.

Dénombrement des germes urinaires :  106 UFC /mL

Liens utiles
Abaques de lecture dénombrement des germes urinaires

 

 

 

3. En fonction de l’aspect des colonies, orienter l’identification du germe et préciser le caractère biochimique révélé. S’assurer de la cohérence avec les examens microscopiques des urines.

Les colonies brunes sont  sur ce milieu chromogène appartiennent à un des genres suivants : Proteus,  Morganella ou Providencia. La couleur brune met en évidence un caractère TDA +. L’orientation est en accord avec le résultat du Gram du jour 1).

Liens utiles
Fiche technique de la gélose URISELECT 4

 

 

4. La fiche technique recommande de réaliser un test indole. Indiquer l’intérêt de ce test et exploiter le résultat obtenu

Le test indole est utile pour différencier Proteus mirabilis des autres espèces. Étant donné qu’il est négatif, c’est un Proteus mirabilis

 

5. Interpréter l’ensemble des résultats

Leucocytes >104 GB/mL : il y a une réaction inflammatoire signe d’infection.

Identification d’un Proteus mirabilis à la concentration de 106 UFC /mL.

Proteus mirabilis appartient au groupe II dans la classification des germes selon leur uropathogénicité

= uropathogènes reconnus pour des concentrations ≥ 104 UFC/mL.

C’est une infection urinaire (tableau A ligne 1). Il faut réaliser un antibiogramme.

 

Liens utiles
Interprétation des résultats d’un ECBU

 

 

 

6. Proposer un bilan pour cette patiente

La patiente présente donc de nouveau une cystite. On parle de cystite récidivante si on observe au moins 4 épisodes en 12 mois.

 

FIN DE L’ÉTUDE DE CAS

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Primary Sidebar

Secondary Sidebar